Eric Lavaine chez JM Vidéo

Eric Lavaine chez JM Vidéo


Petit coup de projecteur sur le réalisateur Eric Lavaine, qui s'est imposé ces dernières années comme un bon artisan de la comédie franchouillarde, après avoir fait ses armes chez Canal+ (Les Guignols de l'info, H, Faut-il ?). Son premier long métrage, le bien-nommé "Poltergay", était une farce parodique fantastique franchement drôle et les personnages y étaient déjà assez bien esquissés. Le couple Clovis Cornillac / Julie Depardieu s'y retrouvent harcelés par des fantômes homosexuels parce qu'ils ont emménagé dans une demeure abritant autrefois un prestigieux club gay. Le réalisateur y témoignait déjà d'un sens efficace du timing et de la réplique (l'école Canal+), et ne négligeait pas ses personnages malgré ce pitch improbable.


Lavaine enchaine avec "Incognito", peut-être son meilleur film, comédie nostalgique de potes mettant en scène Benabar (qui s'y révèle être bon acteur et qui a aussi coécrit le film) et Franck Dubosc (hilarant en comédien raté au chômage). Comédie certes, mais dotée d'une étonnante profondeur et mettant en scène des protagonistes attachants, bien campés par Benabar, Dubosc, Jocelyn Quivrin, Anne Marivin ou Isabelle Nanty. On y trouvait déjà des thèmes qui se révèleront récurrents chez Lavaine, tels que les choix de vie, le sens des responsabilités, les désillusions de l'amitié, etc.


Après ce bon accueil tant critique que public, Lavaine subit un gros bide avec "Protéger et servir", buddy-movie incroyablement débile, outrancièrement vulgaire, potache et cheap, à la façon des comédies franchouillardes bis qui pullulaient dans les années 70 et 80. Kad Merard et Clovis Cornillac y campent deux flics losers menant tant bien que mal une enquête incluant François Damiens, Carole Bouquet, Elsa Kikoine, Jonathan Lambert ou encore Jean-Luc Couchard. On peut légitimement se marrer à gorge déployée devant cette accumulation de gags gras et de conneries infantiles (faire péter Carole Bouquet, fallait oser), et il faut bien reconnaitre que c'est hilarant de bout en bout, tout en étant nul (cela dit, une comédie qui fait rire est-elle vraiment nulle ?). Mais que ça fait du bien de se retrouver devant une comédie française totalement décomplexée et en roue libre ! "Protéger et servir" sera peut-être réhabilité avec le temps et à ranger au rayon des comédies cultes.


Eric Lavaine réalise ensuite "Bienvenue à bord", toujours une comédie, cette fois plus sage et plus commerciale, avec cette croisière mouvementée menée par un sympathique trio de boute-en-train (Dubosc / Lemercier / Darmon). Mineur, mais toujours mieux que le pitoyable "La Croisière" avec Charlotte De Turckheim. Le réalisateur y confirme son talent à rendre crédible des acteurs issus de la scène comique française, de Franck Dubosc à Jérôme Commandeur en passant par Kad Merad, Florence Foresti, Arnaud Ducret ou Alexandra Lamy.


Le réalisateur revient ensuite à une veine plus dramatique avec l'étonnant "Barbecue", qui exploite un pitch pas vraiment joyeux (Lambert Wilson découvre qu'il est atteint d'un cancer et décide d'être cash avec ses proches, quitte à être méchant) rappelant un peu celui du "Deux jours à tuer" de Jean Becker. Bref, pas du tout la comédie potache vendue mais une comédie dramatique sensible dans laquelle les personnages (Wilson, encore Dubosc, Sophie Duez, Guillaume de Tonquedec, Florence Foresti, Jérôme Commandeur etc.) sonnent assez justes et ou les répliques cinglantes fusent de toutes parts.


Eric Lavaine confirme ainsi son attrait pour les films de personnages (et non les films psychologiques, c’est différent). Preuve en est également ses deux sympathiques films suivants, "Retour chez ma mère" et "L’embarras du choix", dans lesquels Alexandra Lamy repart de zéro après une rupture (on peut y voir un écho parallèle à sa rupture avec Dujardin) et apprend le sens des responsabilités. La famille a ici un rôle important (c’était pas forcément le cas dans les autres films de Lavaine), Balasko dans "Retour chez ma mère" et Lionel Astier dans "L’embarras du choix", tout comme les amis, autant de source d’influence dans les choix de vie que devra prendre le personnage.


Lavaine s’essaie donc à une veine romantique avec "L’embarras du choix", dans lequel Alexandra Lamy ne parvient pas à choisir entre deux hommes parfaits (Arnaud Ducret et Jamie Bamber tout droit sorti de Battlestar Galactica), et c’est bien le problème de sa vie de ne jamais parvenir à faire des choix. En dépit d’un happy-end facile mais cela dit très ancré dans la comédie romantique américaine traditionnelle, "L’embarras du choix" ne manque pas de charme, et comme d’habitude chez Lavaine, le casting est bon et intelligemment exploité.


Mine de rien, tous ces films sans prétentions et attachants obtiennent des résultats très honorables au box-office français (plus d’un million pour "Incognito", plus d’un million et 400 000 entrées pour "Barbecue" et "Bienvenue à Bord", et carrément 2 millions pour "Retour chez ma mère"), notamment grâce à la province, la plupart des films d’Eric Lavaine étant des comédies provinciales (un air frais qui change de Paris). Bref, si vous cherchez une petite-comédie-française-sympa (autrement dit autre chose que le dernier Dany Boon ou que "Les Visiteurs 3"), vous pouvez venir louer les films d’Eric Lavaine chez JM Vidéo.





Publié le 18 mars 2017 Facebook Twitter

Commentaires

Aucun commentaire enregistré


Ajouter un commentaire
Votre nom :
Votre email :
Votre message :
Rechercher sur le site
Inscription Newsletter
 

TOP 5 LOCATION DVD


NOUVEAUTES DVD

Vous devez mettre à jour votre lecteur Flash. Ce site nécessite Adobe Flash Player, version 8 ou supérieure.
Veuillez cliquez ici


Location par voie postale

entrée des artistes

comité d'entreprise      
Adresse du video club : 121 avenue Parmentier - 75011 PARIS - Metro Goncourt ou Parmentier - Téléphone : 01.43.57.21.49
plebicite
Forum - Recrutement - Contact - A propos de Jmvideo - Pointer vers Jmvideo - Votre opinion nous intéresse
Plan d'accès à votre vidéo club - Syndication RSS
Copyright © 2002 - 2017 Jmvideo Tous droits réservés